Participation des Guinéens refoulés aux manifestations

Date:


Samedi 10 juin 2023, la ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Aïssata Tall Sall avait annoncé l’expulsion de 79 Guinéens, selon elle, « arrêtés lors des violentes manifestations nées de la condamnation de Ousmane Sonko à 2 ans de jail ferme”. La diplomate est allée même jusqu’à dire que « c’est une query d’individu et de responsabilité pénale individuelle ».

Alors qu’est-ce qu’il en est vraiment de cette affaire. PressAfrik est entré en contact avec l’une des familles refoulées. Celle-ci réside à Ouakam. M. Ba confie que « sa femme ainsi que son fils de deux ans ont été interpellés dans son lieu de travail avec sa carte d’identité. Mais la gendarmerie a exigé une carte consulaire ».

Du côté de l’ambassade de la Guinée au Sénégal, Ibrahima Diallo, le chargé des relations extérieures a abondé dans le même sens que son compatriote s’agissant du motif évoqué par la ministre des Affaires étrangères sénégalaises.

Au bout du fil de PressAfrik, monsieur Diallo renseigne que ces compatriotes n’ont pas été arrêtés pour troubles à l’ordre public, encore moins participation à une manifestation interdite. Mais plutôt lors des patrouilles de sécurité régulière.

« Vous savez, c’est une state of affairs assez complexe et compliquée. Et l’Etat (Sénégal) a le droit et le devoir de sécuriser son pays. Donc quand il y a ces genres d’événements (comme celui de ce mois de juin) avant d’y voir clair, on prend des mesures conservatoires. Et c’est ce qui a été fait. Mais en réalité, nos mother and father guinéens, qui ont été arrêtés, n’ont pas participé aux manifestations ou troubler l’ordre public », a fait savoir le chargé des relations extérieures de l’ambassade de la Guinée au Sénégal.

D’ailleurs, il précise que c’est pendant « des opérations de sécurisation qui ont eu une semaine après les manifestations de juin, qu’ils (les Guinéens) ont été arrêtés. Après vérification même, il y ‘avait pas que les Guinées, d’autres nationalités y figuraient. La raison : à trigger des cartes consulaires. »

Le président du Conseil des Guinéens Oury Diallo, a cependant invité ses compatriotes à se « procurer de la carte consulaire afin de faciliter leur identification et d’éviter tout malentendu avec les autorités sénégalaises. »

La communauté ivoirienne informe ses compatriotes des rafles de nuit par les forces de sécurité sénégalaises

Le 15 juin 2023, l’ambassade de République de Côte d’Ivoire a sorti une observe d’data informant  sa communauté résidant au Sénégal que depuis les événements des 1er et 2 juin, les forces de sécurité sénégalaises opèrent des rafles de nuit.

Par conséquent, la communauté ivoirienne est priée de bien vouloir « s’abstenir de les sorties nocturnes et invitée à s’acquérir de la carte consulaire ivoirienne. »



Source_link

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Share post:

spot_imgspot_img

Popular

More like this
Related

Say no to a nasty deal: CPC requires revisions to CPTPP

The Canadian Pork Council (CPC) will be part...

Egypt’s El-Sewedy household hits jackpot with $1.6 billion stake in electrical agency

83 The El-Sewedy household, famend as...

25 Greatest Florida Keys Seashores (together with some surprises!)

Adventurous Kate comprises affiliate hyperlinks. In case you...